Dialogues épistolaires

Pourquoi le temps triste m’inspire pour écrire ?
Parce qu’il détriste, le temps triste.
Pourquoi le silence qui règne dehors est angoissant ?
Parce que tu aimes le bruit de la ville et des conversations de café.
Pourquoi notre horizon se referme , les projets s’amenuisent , le temps file ?
Parce que nos corps sont confinés.
Pourquoi c’était il y a une éternité, la dernière fois que l’on s’est réuni ?
Parce que nous n’avons pas osé prendre nos vélo-chevaux pour parcourir les 100 km qui nous séparent.
Pourquoi ce besoin d’escapades, de liberté, pas éprouvée aussi fort ?
Parce que tu travailles trop.
Pourquoi attendre ?
Parce que je me prépare pour mieux danser follement dans la ville.
Pourquoi se couper des autres ?
Parce que je veux m’échapper en montagne, ce n’est pas pour me couper des autres.
Pourquoi l’acceptation de cette résignation ?
Parce que je ne sais pas, je me la pose aussi cette question et comme toi ma colère ne passe pas à la phase action politique.
Pourquoi attendre de vivre ?
Parce que nous nous concentrons pour exploser de vivre.

Céline et Philippe

Pourquoi faut-il aimer les autres ?
Parce qu’il faut d’abord t’aimer toi-même.
Pourquoi ne pas se mettre en colère ?
Et pourquoi pas, quel est le risque ? 
Pourquoi la saleté est-elle noire ?
Non, pas toujours, il y a d’invisibles saletés.
Pourquoi les mots me parlent ?
Parce qu’ils t’entendent.
Pourquoi tant de morts ?
Pour laisser de la place aux nouveaux-nés.
Pourquoi tu fais ça ? 
C’est vrai, pourquoi ? 
Pourquoi il la ramène celui-là ?
Parce qu’il a envie d’être admiré et qu’il manque de confiance en lui.
Pourquoi aimes-tu Snoopy ?
Qui t’a dit ça ? 
Pourquoi Michael Jackson est-il mort ?
C’est le seul moyen qu’il a trouvé pour rester éternellement présent dans le coeur de ses fans. 
Pourquoi dit-on maintenant belle journée ou belle soirée alors qu’on disait bonne journée et bonne soirée ?
Parce qu’on a dut mal avec la “bonne” qui parait fade, alors on dit “belle” en imaginant être moins conventionnel. 

Gilles et Isabelle

Pourquoi je travaille autant ?
Parce j’aime m’appliquer à faire bien les choses, même quand je n’aime pas trop ce que je fais.
Pourquoi je ne dis pas non ?
Je n’aime pas le conflit. Je préfère esquiver.
Pourquoi ce couvre feu Monsieur le Président ?
C’est vrai ça… pour éviter aux français de faire la fête. Le virus c’est sérieux ! Pas de sortie après 21h et pas de soirées coquines à Joinville.
Pourquoi je me sens fatiguée ?
Parce que je travaille trop ! 
Pourquoi l’enthousiasme revient toujours ?
Parce que c’est la vie qui coule dans nos veines.
Pourquoi je me suis fachée si fort contre Gabriel ? Et pourquoi avait-il cherché à me pousser à bout comme il sait le faire ? 
Pourquoi j’ai éclaté de rire à cette réunion ?
Parce que c’est était drôle et incongru. Et j’ai encore plus ri quand j’ai vu que personne ne rigolait.
Pourquoij’ai dit à Nelly que j’ai aimé notre appel ?
Parce qu’il faut le dire haut et fort quand ca fait plaisir.
Pourquoi tu ris ainsi ?
Parce que tu es un gros bêta.
Pourquoi dansons-nous ?
Parce que nous sommes à Joinville-le-Pont !

Jeff et Céline

Pourquoi là ? Parce que c’est mieux.
Pourquoi toi ? Parce que tu es absente.
Pourquoi ici ? Je répète, c’est mieux !
Pourquoi par-là ? Parce que c’est plus intime.
Pourquoi toi ? Parce que c’est bien de toi d’où vient cette « croute ».
Pourquoi en haut ? Parce qu’elle mérite d’être en valeur.
Pourquoi à droite ? Parce qu’elle serait écrasée par l’autre tableau.
Pourquoi en bas ? Excuse-moi tu as raison, c’est pas bien.
Pourquoi à gauche ? Parce que j’ai déjà planté le clou.
Pourquoi nous ici tous les deux maintenant ? Parce qu’on l’admire ensemble.
Pourquoi voir plutôt qu’écouter ? Parce qu’il n’y a pas de commentaire à faire.

Gilles et Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *